Retour sur les cafés

Sécurité économique : Identifier les risques et les prévenir

Nous avons retrouvé les étudiants de 4ème année en alternance de l’école de commerce ESCG Paris à l’occasion d’un « café économique de Bercy » le 19 avril dernier. Cette rencontre-débat était dédiée à l’intelligence économique.

Les échanges, animés par Thierry Lange, adjoint du délégué interministériel à l’intelligence économique (D2IE), chef du pôle industrie et services, accompagné d’un chargé de mission, s’articulaient autour de 2 thématiques :

– la sécurité économique et la sécurité de l’information des entreprises

– l’entreprise face à la criminalité économique

Les intervenants ont insisté sur le fait qu’en matière d’intelligence économique, les organisations sont insuffisamment protégées pour faire face à des attaques informatiques de plus en plus élaborées. La note d’analyse « Cybersécurité, l’urgence d’agir« , réalisée en mars 2013, par le Centre d’analyse stratégique présente ce phénomène et propose que l’offre nationale des solutions de sécurité doit également se structurer pour préserver la compétitivité économique et la souveraineté nationale.

A l’issue de cette rencontre, Thierry Lange est revenu sur la nécessité de sensibiliser les étudiants aux enjeux de la sécurité économique pour les entreprises françaises

Témoignage de Jean-Claude, étudiant de l’ESCG Paris, à l’issue du café économique

Laissez un commentaire

Complétez ce petit calcul avant d'envoyer votre message : (obligatoire)

7 Commentaires

  • Avec l’avancée de la technologie, il est difficile de sécuriser l’information de l’entreprise. La cybercriminalité est en avance comparé à la cybersécurité. Il est presque impossible de trouver des solutions adéquates parce que le plus souvent, c’est après les piratages que les solutions sont mises en place.

    • Bonjour,

      En effet, la sécurité ne peut en théorie que répondre à une nécessité face à un problème. Toutefois, en pratique il est courant de tester sa propre sécurité en se comportant comme le ferrait un pirate. Et souvent même ce sont les hackers eux-mêmes qui sont employés pour la sécurité de sites internet. Donc, il est toujours possible d’agir en tentant de provoquer soi-même de manière contrôler ce que l’on pourrait redouter.

      • Bonjour,

        Le lien nofollow est retiré ?
        Où va le web ? Un lien nofollow est déjà un lien qui indique aux moteurs de recherche de ne pas suivre ces liens, cela ne sert vraiment plus à rien de mettre un champ site web dans votre formulaire.

  • Effectivement aujourd’hui la sécurité des sites Internet est un vrai fléau et les communications électroniques ainsi que les données ne sont pas assez sécurisées.Des crédits devraient être alloués à l’éducation pour former des jeunes dans ce milieu qu’est la protection des données informatiques et l’état devrait employer ces jeunes talents.

  • Merci pour ces informations. Il faut dire que la sécurité informatique constitue un enjeu de taille pour les entreprises, quelles que soient leur taille et leur activité. Les attaques ne concernent plus les seules sociétés stratégiques comme les banques, les cyber-criminels considèrent toute information comme utile.

  • Il est clair que ce jeu du gendarme et du voleur n’est pas prête de s’arrêter en raison des moyens déployés par les pirates qui, comme le souligne Coors, ont au moins un train d’avance sur les systèmes parant aux escroqueries. Il faut aussi faire de la pédagogie auprès des consommateurs en ligne car souvent ils ne savent même pas reconnaître une page sécurisée, ne serait-ce que par le « httpS »…