Paroles d'experts

La consommation collaborative, un phénomène durable ?

Nos habitudes de consommation évoluent sans cesse. En période de crise économique, de nouvelles façons de consommer apparaissent ou s’affirment.

Dans les années 70, le consommateur cherchait surtout à assouvir le besoin d’affirmation de soi : « je consomme, donc je suis ». Dans les années 90, les tendances de consommation étaient davantage liées à la notion de « rassurance » : le consommateur se rassurait à travers l’achat d’un produit plutôt qu’un autre.

Des consommateurs en quête d’un nouveau sens

Depuis la crise de 2008,  la consommation collaborative s’affirme : covoiturage, achats d’occasion, achats locaux (y compris au niveau alimentaire), achats groupés, sont autant de réponses à la contraction des budgets domestiques.

Cette tendance disparaîtra-t-elle après la crise ? Pour Pascale Hebel, directrice du département « consommation » du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC),  le succès de la consommation collaborative n’est pas seulement lié à la crise…

Interview de Pascale Hébel, directrice du département consommation au CREDOC, lors des journées de l’économie 2012

Les études menées par le CREDOC depuis 2009 démontrent qu’ en consommant, nous cherchons aujourd’hui davantage  à accomplir une forme de réalisation de soi autonome : la valeur ne réside pas tant dans l’objet lui-même que dans sa valeur d’usage. L’attention portée à l’impact écologique de la production, une certaine défiance envers les marques et la facilité de mise en relation entre les consommateurs apportée par le web, renforcent le phénomène… Durablement.

A lire aussi : les publications du CREDOC (.pdf) :

 

Laissez un commentaire

Complétez ce petit calcul avant d'envoyer votre message : (obligatoire)

11 Commentaires

  • Tout comme Pascale, je pense que ce phénomène de consommation que l’on voit tous les jours n’est pas nécessairement lié à la crise économique que l’on traverse. Par ailleurs, on s’aperçoit que ces techniques de consommation sont beaucoup plus responsables qu’auparavant, ce qui encouragera les générations futures à s’interroger sur les futures consommations.

  • Ce phénomène n’est pas qu’une « mode », c’est une véritable alternative à la consommation de masse qui domine notre société.
    En témoigne la naissance de sites spécialisés dans l’échange de services entre particuliers tels que http://www.youpijob.fr, leader du « jobbing » en France. Son slogan « Faites de l’entraide un style de vie » nous propose une vision d’avenir rassurante et une retour à la pensée collective… youpi !

  • Tout à fait d’accord avec Lydie. J’ai également entendu parler du lancement prochain du réseau social communautaire TribuCity: une plateforme d’échange d’entraide et de service entre particuliers. Je trouve fascinant cette possibilité qu’offrent les nouvelles technologies de rapprocher les individus. Quelqu’un connait il ou a t’il entendu parler de TribuCity.
    Longue vie à la consommation collaborative.

  • On peut tout faire aujourd’hui avec la consommation collaborative, on peut même louer sa cave à des personnes à la recherche d’espaces de stockages avec le site http://www.costockage.fr. Cela permet aux particuliers d’arrondir leurs fins de mois ou à l’inverse, de stocker plus proche, et jusqu’à 60% moins cher !

  • La consommation collaborative c’est l’avenir, on le voit par l’explosion de nombre de plateformes. Moi j’ai découvert récemment http://www.lespartagheures.fr/ pour l’échange de service et le partage de talents entre particuliers. C’est de l’entraide 2.0 cool et rapide. J’ai testé pour une initiation en guitare, le jeune était hyper motivant ça ma donné envie de m’y mettre sérieusement !

  • Non seulement l’économie collaborative fonctionne mais elle peut générer un réel revenu complémentaire. Parkmatch par exemple permet de louer sa place de parking à partir d’1h et de générer un revenu mensuel bien plus intéressant qu’une location mensuelle!