Paroles d'experts

Internet des objets : quels enjeux économiques et industriels ?

Depuis plusieurs années, l’Etat contribue à l’émergence des champions français de l’internet des objets et à l’accompagnement des entreprises industrielles dans leur transition vers l’industrie du futur, qui passe notamment par les objets connectés*.
Quels sont les principaux enjeux
liés à l’IoT industriel ? En quoi les objets connectés sont-ils une source de création de valeur et de compétitivité pour ces entreprises ?
Les explications d’Aymeric Buthion**, chargé de mission IoT au Bureau des usages du numérique de la Direction générale des entreprises (ministères économiques et financiers).

«De quelle façon l’Etat soutient-il le développement de la filière IoT, notamment les startups fabricantes d’objets connectés, à travers des initiatives comme la French Tech ou l’Alliance pour l’industrie du futur ? Quel est le rôle de la DGE et des structures publiques partenaires en matière d’accompagnement/financement de cette filière ?

La Direction générale des entreprises (DGE) accompagne le développement de l’internet des objets depuis plusieurs années et notamment au travers de la solution objets intelligents de la nouvelle France industrielle.

Elle participe aussi à l’animation du réseau thématique French Tech #IoT #Manufacturing qui rassemble l’ensemble des acteurs français du secteur.

Elle accompagne également les acteurs de la distribution autour d’une charte de valorisation des startups fabricantes d’objets connectés.

Enfin, elle soutient la filière par le biais d’appels à projets ou le financement de certains projets comme la Cité de l’objet connecté à Angers.

Quels sont les enjeux à prendre à compte pour faire de l’IoT un vecteur de création de valeur dans les entreprises de l’industrie, tout en garantissant des principes de transparence et de sécurité (sécurité et protection des données / traitement des données / interopérabilité) ?

Qu’il s’agisse de l’internet des objets professionnel ou grand public, le développement de la confiance constitue un enjeu clé. En cela, le renforcement de la protection des données et la sécurité des objets sont donc un enjeu majeur.

Concernant les entreprises, la valeur ajoutée du service fourni au travers de l’IoT doit concentrer le maximum d’attention. L’IoT demande des investissements notamment humains importants, il est donc indispensable que le service créé soit à la hauteur des enjeux pour l’entreprise.

L’acculturation constitue également un enjeu décisif pour l’entreprise afin d’appréhender le mieux possible les transformations induites par l’implémentation de solutions IoT.

En quoi les objets connectés sont-ils des leviers de la transformation numérique des entreprises, particulièrement des TPE/PME industrielles ? De quelle façon l’IoT contribue-il à l’apparition de nouveaux usages/services et à la modification des modèles économiques ?

Il y a deux façons d’aborder l’IoT : comme développeur d’un objet connecté (ou connexion d’un objet existant) permettant la mise en œuvre d’un nouveau service, ou comme utilisateur par l’implémentation de l’IoT dans son outil de production.

Dans les deux cas, l’IoT permet de développer de nouveaux services avec pour objectifs :

  • une économie réelle sur les coûts récurrents (énergie, maintenance, etc.)
  • et/ou une amélioration de la qualité de production
  • voire la création d’un nouveau modèle d’affaires

Par ailleurs, la collecte et l’analyse de données modifient la nature des solutions produites en passant de la vente de biens à la vente de services.
A titre d’exemple, en connectant son pneu, Michelin a développé trois services à l’attention des transporteurs qui permettent d’assurer l’entretien et la maintenance des pneumatiques vendus.

 Quels sont les liens entre les startups et les grandes entreprises pour réussir cette transformation ?

Les liens entre les startups et les grands groupes sont encore rares aujourd’hui même si des partenariats commencent à émerger depuis deux ans environ.

Ainsi, Netatmo a mis son savoir-faire en matière de connectivité à disposition d’entreprises comme Velux, Legrand ou le groupe Muller. C’est une démarche qu’il convient d’encourager afin de favoriser la transformation d’entreprises traditionnelles.

IoT et industrie de la grande distribution : quels enjeux de compétitivité pour les acteurs de la filière ?  

La grande distribution est un acteur particulièrement concerné par l’avènement de solutions IoT. L’un des exemples les plus marquants étant l’essor des assistants vocaux qui permettent dès aujourd’hui de faire ses achats en ligne mais uniquement auprès de partenaires de l’assistant choisi ou d’Amazon dans le cas d’Echo.

Ces solutions peuvent donc modifier de manière forte les habitudes de consommation. De plus, ces assistants se positionnent comme plateformes d’échanges avec les différents objets connectés de la maison et concentrent ainsi un grand nombre de données sur le mode de vie au sein du foyer. Des informations très précieuses pour les enseignes de distribution.

Bien entendu, en tant qu’entreprises logistiques, les acteurs de la distribution sont également très impliqués dans l’utilisation de solutions IoT.

Quel est l’objectif d’initiatives comme la Cité de l’objet connecté (à Angers) ou la Semaine des objets connectés de la French Tech et comment s’inscrivent-elles dans cette dynamique d’industrialisation des projets/produits et de valorisation des objets connectés dans le monde industriel et auprès d’un plus large public ?

La Cité de l’objet connecté était l’un des projets imaginés dans le cadre de la Nouvelle France Industrielle. Il s’agit d’une structure privée visant à accompagner les porteurs de projets IoT. C’est un site de production pour des petites et moyennes séries. Elle permet également de faire connaître les savoir-faire français dans le domaine et aide les entreprises à s’approprier l’IoT.

La Semaine des objets connectés de la French Tech constitue une initiative vers le grand public. Cette initiative, portée par une vingtaine d’enseignes de la distribution, vise à favoriser le référencement d’objets connectés français dans les rayons de la grande distribution et, ainsi, à aider les startups à vendre leurs produits. Il s’agit de développer la connaissance des objets connectés auprès de la population et donc le marché français.

* Une feuille de route sur l’internet des objets, élaborée à partir d’une consultation publique organisée par la Direction générale des entreprises (DGE), a été publiée fin 2016 en lien avec les initiatives sur la Nouvelle France industrielle, afin de favoriser le développement de l’Internet des objets et faciliter sa diffusion vers le grand public et l’ensemble des filières industrielles.
Pilier de la Nouvelle France industrielle, le projet Industrie du futur, porté par l’Alliance Industrie du futur, vise à moderniser et à transformer l’industrie en France et à accompagner les TPE, PME et ETI industrielles au plus près du terrain. L’internet des objets est intégré à la thématique « Digitalisation de la chaîne de valeur« , une des 7 technologies clés de l’industrie du futur faisant partie du groupe de travail « Développement de l’offre technologique du futur ».

** Aymeric Buthion faisait partie, avec son collègue Olivier Rouxel, des intervenants du café économique de Bercy sur le thème « Les objets connectés dans l’industrie : nouveaux services & cas d’usage », organisé le 30 mars 2018 pendant la Semaine de l’industrie, en partenariat avec la Fabrique de l’industrie.


Aller plus loin :

Laissez un commentaire

Complétez ce petit calcul avant d'envoyer votre message : (obligatoire)

1 commentaire

  • Très belle initiative de la Direction générale des entreprises. Je pense que la valorisation des objets connectés dans un parcours client digitalisé continuera à se renforcer. Pour faire de la France une silicon valley bis, c’est ce type d’initiatives qu’il faut encourager pour que les startups Françaises restent en France au lieu de migrer aux US.