Retour sur les cafés

L’économie du « bien vieillir » : une filière d’avenir !

En quoi la « seniorisation » de la société constitue-t-elle un levier de développement économique en France ?

Retour sur notre café débat du 11 mai 2017 sur la Silver économie, organisé au Café Fluctuat Nec Mergitur, à Paris, en partenariat avec Convergences/ Lab Laboo et avec le concours du Syndicat National de la Silver Economie (ASIPAG)  et de l’entrepreneur Yoni Dayan.

En 2030, près d’un habitant sur trois aura plus de 60 ans en France, contre un sur cinq en 2005. Le contrat de filière Silver économie, signé fin 2013, traduit la volonté des pouvoirs publics de faire de l’économie du « bien vieillir » une véritable filière industrielle, de croissance économique et de création d’emploi. Elle concerne l’ensemble des produits et services destinés aux personnes âgées de plus de 60 ans.

Tour d’horizon des potentialités de ce secteur avec des experts de la sphère publique, des entrepreneurs et associations professionnelles.

Silver économie : combiner offre technologique et dimension humaine

Pour Guy Vaugeois, Responsable Pôle développement des Services à la Personne à la Direction générale des entreprises (DGE), les aspects technologiques et industriels de la filière ont été particulièrement mis en avant, en abordant assez peu les services à la personnes.

Ceux-ci constituent un vecteur idéal pour le déploiement des produits de la Silver économie, car les intervenants à domicile sont les mieux placés pour proposer des solutions technologiques innovantes et accompagner les personnes âgées dans leur usage. Il convient donc de veiller à ce que les produits/services proposés répondent à des usages adaptés aux besoins des seniors.

La Silver économie, c’est une offre de services qui combine de l’aide humaine et des solutions techniques » G. Vaugeois, Direction Générale des Entreprises.

Familities et CetteFamille : 2 startups innovantes sur le secteur de la Silver économie

Familities, application qui permet aux familles des personnes âgées isolées de veiller en temps réel sur leurs aînés, est le 1er lauréat de l’appel à projet de l’Union Européenne sur la Silver économie.

Pour son cofondateur, Edwin Semmeley, la Silver économie ne se résume pas à l’autonomie et à la consommation des séniors, mais comprend aussi le lien social.

Paul-Alexis Racine-Jourdren, cofondateur de CetteFamille,  a présenté sa plateforme web qui met en relation des accueillants familiaux pour seniors et des familles de personnes âgées en perte d’autonomie.
Une innovation sociale et d’usage, ainsi qu’une réponse à un enjeu sociétal qui obtenu le Trophée SilverEco 2017 dans la catégorie « Meilleure Initiative Intergénérationnelle ».

[Présentation de CetteFamille avec Agathe Pommery, cofondatrice – Vidéo réalisée lors de notre café débat « Les visages de l’entrepreneuriat féminin » (mars 2017 / Semaine de sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat féminin) ]

L’innovation sociale et technologique au service du « bien vieillir »

Prunelle Gorget, Responsable de programme à l’Avise, a insisté sur la façon dont l’innovation sociale contribue au développement de l’économie du « bien vieillir », en apportant une réponse concrète aux besoins des personnes âgées en termes d’offre de services, de coût et d’utilité sociale.

L’accompagnement des entrepreneurs est également un levier important pour faire croître cette économie : à ce titre, l’appel à projet Silver Solidarités est un programme de soutien du changement d’échelle d’innovations sociales permettant d’agir en faveur du bien vieillir.

Plus de 60% des services à domicile de la sont portés par des acteurs de l’. » P. Gorget, AVISE

Selon Benjamin Zimmer, Directeur Général de l’incubateur Silver Valley, la Silver économie est un secteur propice à la création de valeur économique dans les territoires. Il estime nécessaire de favoriser la culture de la prise de risque et l’entrepreneuriat.

En tant qu’accélérateur d’innovations de la Silver économie en Ile-de-France, Silver Valley a notamment pour mission d’attirer les investisseurs pour retenir en France les entrepreneurs qui proposent des solutions technologiquement innovantes au service du « mieux vieillir ».

Pour conclure, Jérôme Pigniez, Délégué général du Syndicat National de la Silver Economie (ASIPAG), a insisté sur le fait que le premier objectif a été atteint après 4 ans d’existence de la filière : la Silver économie n’est plus un concept et le « bien vieillir » est devenu attractif.

Il convient désormais de développer l’écosystème en associant l’ensemble des acteurs (pouvoir publics, startups, TPE/PME, grands industriels, associations professionnelles, clusters, laboratoires de recherche,…) pouvant contribuer à sa reconnaissance et à son développement.

Ressources

Laissez un commentaire

Complétez ce petit calcul avant d'envoyer votre message : (obligatoire)