Retour sur les cafés

L’intelligence économique face à la transformation numérique

Comment le secteur de l’Intelligence économique peut-il faire face à la transformation numérique ? Comment le Big Data et l’Open Data impactent-ils les entreprises ? Faut-il protéger ses fichiers ou ouvrir les données ?

Retour sur le café débat du 10 mars « L’intelligence économique face à la révolution de la donnée» organisé en lien avec le Conseil Général Économique et Financier (CGEFI) et l’ESCG Paris.

La transformation numérique n’est plus technologique

La donnée est au coeur de la transformation numérique des entreprises. Selon Guy Mamou-Mani, Vice-Président du Conseil National du Numérique (CNNum), cette transformation numérique n’est pas une question technique, mais un enjeu de développement économique et de compétitivité.

G. Mamou-Mani indique que, dans son rapport sur la croissance connectée des PME, le CNNum part  du constat que la transition numérique appelle une transformation des métiers clés autour de nouvelles compétences, sur les plans technique mais aussi organisationnel et culturel.  De ce fait, il est proposé de « soutenir l’évolution des compétences au sein des TPE/PME en faisant émerger des rôles de CDO (chief digital officers) », mais aussi, plus largement, de développer une pensée stratégique du numérique et d’expérimenter une culture numérique dans les organisations.

L’intelligence économique face à un afflux de données inédit

Le premier défi auquel doivent faire face les acteurs de l’Intelligence Économique dans les administrations et dans les entreprises et celui de l’afflux de données. Avec les nouvelles technologies et la numérisation, jamais l’être humain n’a produit autant de données.  Avec l’émergence des méga-données et des outils pour les analyser, l’Intelligence Économique se retrouve touchée dans ses trois piliers : la veille, la sécurité et l’influence.

Jean-Louis Tertian, Contrôleur général au Contrôle Général Économique et Financier, ancien coordonnateur ministériel à l’Intelligence Économique, explique la nécessaire adaptation des métiers à l’accélération de l’information : de plus en plus de données sont disponibles et leur flux s’accélère constamment.

Sur les douze derniers mois, on a créé plus de données que depuis le début de l’humanité. Les moines copistes ont été remplacés en plusieurs décennies par l’imprimerie. Aujourd’hui, les changements sont beaucoup plus rapides. Jean-Louis Tertian, Contrôleur Général Économique au CGEFI

CDO, Data Visualizer, Data Scientist… De nouveaux métiers apparaissent et indiquent que si l’action de l’Intelligence Économique demeure, les pratiques évoluent.

Comment exploiter le Big Data et l’Open Data ?

Le développement du Big Data et le mouvement de l’Open Data permettent de créer des usages nouveaux et de faire de l’analyse prédictive. C’est le cas de la startup C-Radar, spécialisée dans l’innovation autour de la donnée (Open Data, Big Data, Machine Learning, Data Science).

Pour son fondateur, Christian Frisch, le croisement des données issues du Big Data et de l’Open Data donne aux entreprises, via des outils d’intelligence commerciale, la possibilité de cartographier et suivre des écosystèmes, d’identifier des cibles commerciales, de détecter des signaux d’affaires ou d’apprécier le potentiel de développement d’un marché. C’est aussi, pour les administrations, un moyen d’adapter les politiques publiques aux besoins des citoyens.

Avec le Big data, l’Intelligence Artificielle, l’Open Data, la transformation numérique, etc. les métiers de l’intelligence économique vont évoluer rapidement.  On évoque déjà le « smart data » et l’intelligence économique « augmentée ». Dès lors on peut imaginer de nouvelles opportunités pour les acteurs traditionnels de l’intelligence économique et pour les nouveaux entrants (avec de nouveaux modèles économiques), à la confluence de l’analyse, du traitement, de l’exploitation et de la valorisation de toutes ces données…

Ressources

Portail de l’Économie et des Finances

Site du Conseil National du Numérique

Médias sociaux

Laissez un commentaire

Complétez ce petit calcul avant d'envoyer votre message : (obligatoire)

2 Commentaires

  • Sujet très intéressant. La transformation numérique s’apprête à transformer de nombreux secteurs et il est important de le comprendre avant que de ne perdre sa compétitivité. Les banques l’ont bien compris. Malgré le retard qu’elles ont pris, ces dernières ont réalisé l’importance d’inclure les service fintech à leurs services. Et pour allier expertise sectorielle et transformation numérique, la collaboration entre les professionnels du secteur et les start-ups à la pointe technologique semble être une bonne option qui assure savoir-faire et sécurité.

  • Moi je n’opposerais pas l’intelligence économique à la transformation numérique ou digitale. Bien au contraire. La transformation digitale est un outil au service de l’intelligence économique. C’est l’IE qui déterminera les fichiers à ouvrir et ceux à protéger par l’entrée en action des deux dimensions de l’IE en l’occurrence la veille et la protection. Jamais IE contre Digital. Tout va de pair et en parfaite harmonie et cohérence. L’analyse prédictive tirée du Big Data sert bien l’IE.